6 questions à poser avant de faire un avortement chirurgical en Tunisie

Classé dans : Chirurgie Générale | 0

Que ce soit pour des raisons familiales et sociales ou pour des problèmes de santé, une femme peut choisir de mettre fin à sa grossesse par avortement médicamenteux ou chirurgical. L’avortement chirurgical interrompt une grossesse en vidant l’utérus de la patiente par aspiration.

Les informations ci-dessous fournissent des réponses aux questions que vous pourriez vous poser concernant un avortement chirurgical Tunisie.

1- Une femme peut-elle recourir à un avortement en Tunisie ?

En Tunisie, les femmes peuvent recourir à l’interruption volontaire de grossesse (IVG), mais elles doivent satisfaire certaines conditions pour ce faire.

Selon l’article 214 du code pénal, l’avortement est autorisé en Tunisie depuis 1972, que la femme soit mariée ou non. Il faut juste s’assurer que la femme n’a pas dépassé 3 mois de grossesse.

Une fois cette période est dépassée, l’avortement n’est permis que si la grossesse menace la santé physique ou mentale de la femme ou si le fœtus présente de vrais risques d’une maladie grave ou d’un handicap. Un rapport médical devrait être présenté dans ces cas.

2- Quand peut-on pratiquer un avortement chirurgical Tunisie ? 

Pour subir une IVG chirurgicale, la grossesse ne doit pas dépasser le terme de 12 semaines et 6 jours.

Votre gynécologue et personnel médical vous demanderont des informations sur vos dernières règles et évalueront votre état de santé général grâce aux analyses d’urine ou de sang et aux échographies. Il est important de déterminer la bonne date de votre grossesse pour choisir la technique d’avortement qui vous convient. Vos tests et analyses seront coordonnés de manière à réduire les contraintes pour vous.

Pour les avortements de plus de 12 semaines et 6 jours, votre médecin gynécologue peut vous aider à considérer vos options.

3- Comment se déroule l’interruption de grossesse volontaire chirurgicale ?

Quand on parle de IVG chirurgicale, on parle soit d’IVG instrumentale, soit d’IVG par aspiration, toutes les deux pratiquée exclusivement par des médecins certifiés dans un hôpital public, une clinique gynécologique ou un centre spécialisé agréé autorisé par l’état, dont les centres de planning familial.

L’IVG par aspiration est la méthode d’avortement souvent adoptée. Le chirurgien gynécologue commence par donner à la patiente des médicaments dont le rôle est de dilater le col de l’utérus, puis il fait l’aspiration du contenu de l’utérus à l’aide d’une sonde adaptée. L’intervention dure une dizaine de minutes, elle est réalisée sous anesthésie générale ou locale avec sédation, dans le bloc opératoire de l’hôpital ou de la clinique privée en Tunisie. La patiente peut rentrer chez elle dans la journée.

Vous pouvez ressentir des crampes légères à fortes après l’opération. Des médicaments antalgiques seront proposés pour vous aider à gérer la douleur. Des crampes plus douces peuvent persister pendant plusieurs jours.

Il n’y a souvent pas beaucoup de saignement immédiatement après la procédure. Cependant, vous pouvez commencer à saigner trois à sept jours après. Pour certaines personnes le saignement dure plusieurs semaines.

4- Quelle est l’efficacité de l’avortement chirurgical en Tunisie ?

Un avortement chirurgical a un taux de réussite de 99%.

5- L’IVG affectera-t-elle les grossesses futures ?

La recherche a montré que l’avortement ne rendra pas plus difficile de tomber enceinte et ne nuira pas aux grossesses futures.

6- Quelles précautions doit-on prendre après une IVG chirurgicale ?

Il est recommandé pendant 24 heures après votre intervention :

    • Ne conduisez pas de voiture et n’utilisez pas de machines.
    • Ne faites pas de sports violents ou d’exercice physique intense.
    • Ne consommez pas d’alcool ou de médicaments qui n’ont pas été prescrits par votre médecin.
    • Si vous prenez des médicaments, demandez au médecin quand vous devriez reprendre votre traitement.