Arthrose et rhumatismes : symptômes, causes et traitements

Classé dans : Chirurgie Générale | 0

L’arthrose (également connue sous le nom d’ostéoarthrite) est une maladie dégénérative qui touche nos articulations (arthropathie). Il s’agit d’une maladie qui peut provoquer des douleurs et une réduction importante des mouvements. Découvrons les causes, les symptômes, les remèdes et les solutions disponibles pour traiter l’arthrose.

L’arthrose est un mot qui vient du grec ancien et signifie littéralement « processus dégénératif des articulations ». Malheureusement, la maladie est aujourd’hui très répandue, touchant environ 10 % de la population adulte et près de 50 % des personnes de plus de 60 ans.

L’arthrose ou le rhumatisme attaque les articulations de notre corps (par exemple, la hanche, le genou, l’épaule), c’est-à-dire ces structures anatomiques complexes composées de muscles, de ligaments et de tendons qui relient les extrémités de deux ou plusieurs os de notre squelette.

L’arthrose affecte en particulier le cartilage, le coussin naturel qui sépare les extrémités osseuses des articulations et assure leur bon fonctionnement sans friction. Lorsque les articulations fonctionnent mal, notre capacité à effectuer les mouvements les plus banals peut être altérée et des douleurs articulaires d’intensité et de fréquence variables peuvent apparaître.

L’arthrose est une maladie chronique et dégénérative. Elle provoque un changement structurel graduel dans les parties anatomiques affectées et une diminution progressive de leur efficacité.

A quel âge l’arthrose se manifeste-t-elle ?

L’arthrose revêt différentes formes, qui peuvent se manifester à des âges différents : l’arthrose primaire peut se manifester à l’âge adulte, vers 40-50 ans, et trouve son origine dans un défaut particulier du métabolisme des chondrocytes, c’est-à-dire des cellules qui produisent le tissu cartilagineux.

L’arthrose dite secondaire survient généralement à un âge plus avancé, généralement après 60 ans, et est due au processus naturel de vieillissement du cartilage articulaire. Au fil des ans, nos articulations sont soumises à de nombreux mouvements, ce qui peut entraîner une usure naturelle du cartilage qui les protège.

Dans certains cas, par exemple à la suite d’une activité compétitive précoce et intensive, l’arthrose peut également toucher des personnes de moins de 40 ans. La maladie peut également survenir à la suite d’un traumatisme dû à une chute ou à un accident : dans ce cas, elle est indépendante du facteur âge.

Principaux symptômes de l’arthrose

Les douleurs articulaires sont le principal symptôme et la sonnette d’alarme de cette maladie. Les personnes atteintes d’arthrose peuvent ressentir des douleurs dans trois situations différentes :

  • Lors de l’utilisation de l’articulation
  • Après une période de repos, l’articulation
  • Après un effort physique excessif impliquant l’articulation

Un autre symptôme typique de l’arthrose est la réduction de la mobilité des articulations. Dans le cas de l’arthrose de la hanche (coxarthrose), par exemple, il est très fréquent de constater une réduction de l’utilisation du membre et l’incapacité d’effectuer certains mouvements, tels que l’extension complète de la jambe ou le fait de se pencher en avant.

À long terme, vivre avec ces symptômes peut conduire à une réduction progressive de l’amplitude des mouvements de l’articulation touchée, entraînant une grave détérioration de la qualité de vie.

Devis en ligne Gratuit

Types d’arthrose

L’arthrose est classée en fonction de plusieurs paramètres : origine, localisation, symptômes et stade de la maladie.

On parle d’arthrose primitive lorsque la maladie survient sans maladie concomitante ni cause spécifique, mais qu’elle est le résultat d’une prédisposition génétique. L’arthrose secondaire est définie comme une arthrose résultant d’une situation préexistante telle qu’un traumatisme, une maladie du cartilage, une surcharge fonctionnelle, des maladies métaboliques et des malformations osseuses.

L’arthrose localisée affecte une zone anatomique spécifique comme les mains, les pieds, les genoux, les hanches, la colonne vertébrale (cervicale). On parle d’arthrose diffuse lorsque plusieurs articulations, petites et grandes, sont touchées simultanément2.

Dans le cas d’une arthrose inactive, la proximité entre les chefs d’articulation est évidente mais les symptômes de douleur sont sporadiques et gérables par un traitement anti-inflammatoire. La mobilité articulaire est réduite, mais n’entraîne pas de difficultés excessives dans la vie quotidienne. L’arthrose inflammatoire se caractérise par des épisodes de douleur intense qui contraignent la personne atteinte à de longues périodes d’inactivité en raison de l’impossibilité d’utiliser l’articulation.

On distingue quatre stades cliniques de l’arthrose. Le premier stade voit l’apparition des premiers symptômes légers et aucun rétrécissement n’est perceptible à la radiographie. Le deuxième stade est caractérisé par une diminution de la mobilité des articulations associée à des douleurs articulaires. L’examen radiographique peut montrer la présence de petits kystes et d’ostéophytes.

Le troisième stade présente une limitation significative de la mobilité des articulations. Une inflammation aiguë peut survenir et une diminution irrégulière et significative de l’espace articulaire peut être observée à la radiographie. Le quatrième stade est le plus avancé et présente une perte de souplesse des articulations.

L’espace synovial est extrêmement étroit ou inexistant et les extrémités des articulations sont en contact. On observe une inflammation, une dégénérescence kystique et une décompensation musculaire.

Quelles sont les articulations touchées par l’arthrose ?

L’arthrose touche le plus souvent les articulations de soutien, c’est-à-dire celles qui sont soumises à la plus grande charge, et celles qui sont très sollicitées, les plus sollicitées. Dans la partie supérieure du corps, l’arthrose s’attaque le plus souvent au cou, aux épaules et aux mains. Dans la partie inférieure du corps, les zones anatomiques les plus touchées par l’arthrose sont les hanches, les genoux et les pieds.

Arthrose cervicale

Le rachis cervical est constitué de sept vertèbres placées en lordose, une courbure physiologique avec concavité postérieure de la colonne vertébrale. Cette zone anatomique est la partie la plus mobile de toute la colonne vertébrale. La colonne cervicale est divisée en deux parties : la partie supérieure, qui comprend l’occiput (tête), l’atlas et l’épitrope (C1-C2), et la partie inférieure (C3-C7). Les vertèbres de la partie inférieure permettent les mouvements de rotation, de flexion-extension et d’inclinaison. Toutes les vertèbres sont séparées par un disque cartilagineux appelé disque intervertébral.

L’arthrose cervicale affecte les disques intervertébraux. Les facteurs de risque sont la vieillesse, les erreurs posturales, les sports traumatisants, les activités professionnelles lourdes. Enfin, l’arthrose cervicale peut également se développer chez les personnes qui occupent des emplois qui obligent le corps à adopter des positions fixes pendant de longues périodes.

Lorsque l’arthrose s’attaque à la colonne cervicale, divers symptômes peuvent apparaître, tels que des maux de tête, des migraines, des douleurs au cou, des difficultés à se déplacer et une sensation de rigidité dans les mouvements de la tête. Les personnes souffrant d’arthrose cervicale peuvent également éprouver des vertiges, une instabilité, des troubles visuels, une perte de sensation, des troubles du sommeil et de l’audition. Au fur et à mesure que la maladie progresse, les plaintes physiques et neurologiques peuvent augmenter.

Arthrose de la main

La main est constituée de 27 os reliés par les articulations du poignet et du carpe, l’articulation métacarpienne et les articulations phalangiennes. Lorsque l’arthrose touche nos mains, elle peut être localisée dans une articulation ou généralisée dans plusieurs articulations4.

En langage médical, la rhizoarthrose est définie comme une arthrose affectant la base du pouce. Si elle touche les doigts, il s’agit généralement d’une arthrose érosive. Ce type particulier d’arthrose est héréditaire et peut provoquer des déformations de la phalange terminale, comme les nodules d’Heberden, ou une croissance osseuse excessive dans l’articulation moyenne, les nodules de Bouchard.

L’arthrose des mains se manifeste par des douleurs et des crépitations lors des mouvements de l’articulation. Une sensation de raideur articulaire peut également être notée. En regardant les mains, on peut voir un gonflement des tissus mous causé par des excroissances osseuses et une perte de l’alignement des articulations6.

Arthrose de l’épaule

L’épaule est l’articulation la plus mobile du corps humain. Dans l’épaule se trouve l’articulation scapulo-humérale, qui relie la cavité glénoïde et la tête de l’humérus. Entre la cavité glénoïde et la tête de l’humérus se trouve l’articulation acromio-claviculaire de l’épaule, qui relie la clavicule à la hauteur de l’épaule.

Les symptômes de l’arthrose de l’épaule sont une légère limitation de la mobilité accompagnée d’une douleur modérée et d’une crépitation articulaire. Cette image apparaît généralement après avoir soumis le membre à une tension.

Arthrose de la hanche

L’articulation coxo-fémorale, la plus grande de tout le squelette humain, relie la tête du fémur, l’extrémité de l’os de la cuisse, à l’acétabulum, une cavité formée par les trois os plats du bassin.

Lorsque l’arthrose touche les hanches, en termes médicaux, on parle de coxarthrose. Dans le cas de la coxarthrose, il existe une raideur articulaire qui rend difficile le simple fait de marcher. Les personnes atteintes de coxarthrose peuvent ressentir une douleur dans l’aine, qui peut s’étendre à toute la jambe. La douleur peut également se manifester sur la face interne et l’avant de la cuisse. La coxarthrose rend difficile et douloureux les mouvements simples comme se pencher, attacher ses chaussures, lever la jambe et monter et descendre les escaliers.

L’arthrose de la hanche est une affection potentiellement invalidante qui, à long terme, peut entraîner une invalidité totale.

Arthrose du genou

Le genou est la partie anatomique où les os de la jambe supérieure rencontrent ceux de la jambe inférieure. La structure du genou est constituée de deux articulations distinctes et complémentaires : l’articulation fémoro-patellaire et l’articulation fémoro-patellaire8.

Lorsque l’arthrose affecte la structure du genou (gonarthrose), la réduction du cartilage peut provoquer une sensation de brûlure et des douleurs. En présence d’une gonarthrose, le genou devient raide et il peut y avoir des difficultés à marcher ou une boiterie. Dans certains cas, la diminution du cartilage et le frottement des extrémités de l’articulation peuvent provoquer une inflammation. Cette inflammation se manifeste par un gonflement, généralement causé par une accumulation de liquide synovial dans la capsule articulaire. Parallèlement, des kystes peuvent se former à l’arrière du genou.

Les personnes souffrant d’arthrose du genou ont tendance à modifier leur posture pour soulager les symptômes douloureux, ce qui peut avoir des conséquences négatives sur l’ensemble du système musculo-squelettique et sur l’articulation elle-même9.

Arthrose du pied

Le pied est une partie anatomique très complexe composée de 28 os et de 30 articulations. Les principales sont les articulations de la cheville et du tarse, les articulations métatarsiennes et les articulations des orteils. À leur tour, ces groupes contiennent d’autres articulations selon la région anatomique en question.

De nombreux troubles du pied, tels que le syndrome du tendon d’Achille, le pied plat et le pied creux, sont également dus à des défauts posturaux. Les défauts posturaux sont des altérations biomécaniques nécessaires pour préserver l’équilibre et assurer la stabilité du corps humain.

Ces compensations modifient les relations réciproques au sein de la capsule articulaire. Selon le type de pathologie, une érosion accrue du cartilage peut se produire aux points les plus sollicités. C’est la base du développement de l’arthrose du pied, même à un jeune âge. Lorsque les relations réciproques au sein de l’articulation métatarso-phalangienne sont modifiées pour compenser des défauts posturaux ou des calcifications incorrectes suite à un traumatisme, il est possible de développer des pathologies telles que l’hallux valgus ou l’hallux rigidus. Dans cette situation particulière, l’articulation est soumise à de fortes contraintes et l’érosion du cartilage augmente.

Les personnes atteintes d’arthrose des pieds peuvent remarquer des difficultés à marcher et des crépitations lors des mouvements. Au niveau des orteils, on peut constater un gonflement et une rougeur de la zone affectée, une raideur dans les mouvements et une déformation. Dans les cas graves, la douleur rend la marche normale difficile.

Différence entre arthrose et arthrite

On a souvent tendance à confondre arthrose et arthrite, deux maladies qui, bien qu’ayant des caractéristiques communes, sont très différentes l’une de l’autre. La confusion est probablement aussi due à un problème de terminologie : l’arthrose est aussi appelée ostéoarthrite.

Qu’ont-ils en commun ? L’arthrite et l’arthrose sont toutes deux des maladies rhumatismales qui s’attaquent aux articulations, provoquant des douleurs qui rendent difficile la mobilité des membres.

Quelles sont les différences ? L’arthrose est une maladie dégénérative résultant de l’usure du cartilage articulaire. La douleur causée par l’arthrose est due à la proximité anormale et au contact direct des têtes des articulations. L’arthrose touche généralement les articulations les plus grandes ou les plus sollicitées, comme la hanche, le genou, le pied, l’épaule et les mains. Les symptômes douloureux apparaissent lorsque l’articulation est utilisée et diminuent après le repos.

L’arthrite, quant à elle, est une maladie inflammatoire auto-immune chronique. Elle n’est pas liée à des facteurs spécifiques et peut survenir chez des personnes de tous âges. Elle se développe généralement de manière bilatérale dans les articulations des poignets, des mains, des chevilles et des pieds. Les principaux symptômes de l’arthrite sont le gonflement, la raideur des articulations et la douleur qui survient à tout moment.

Arthrose précoce

Comme nous l’avons vu au début de l’article, l’arthrose n’est pas une maladie liée uniquement aux adultes et aux personnes âgées, mais peut toucher des personnes d’âges différents, y compris des personnes âgées et des jeunes.

Les personnes à risque dans la jeunesse et à l’âge adulte sont celles qui pratiquent une activité sportive intensive, professionnelle ou amateur. Les sportifs font des mouvements répétitifs et constants pendant l’entraînement. Ce stress entraîne une usure prématurée du cartilage.

Les personnes très sédentaires peuvent également souffrir d’arthrose, mais d’une manière totalement différente. Dans ce cas, des groupes de muscles insuffisamment entraînés ne parviennent pas à apporter le soutien nécessaire à l’articulation. Une faiblesse musculaire associée à une mauvaise stimulation du métabolisme peut facilement conduire au développement d’une arthrose précoce. Le surpoids et l’obésité sévères exercent également une pression supplémentaire sur les articulations.

Les personnes ayant des antécédents médicaux particuliers, comme celles qui ont souffert de dysplasie de la hanche dans leur enfance, sont généralement plus exposées. Les personnes présentant une forme de conflit fémoro-acétabulaire sont également très susceptibles de développer une coxarthrose précoce. Les personnes qui ont subi un traumatisme articulaire sont également plus susceptibles de développer de l’arthrose à un âge précoce.

Un autre facteur qui peut faciliter le développement d’une arthrose précoce est la scoliose, une déviation généralisée de la colonne vertébrale qui produit un certain nombre d’erreurs posturales. Si elles ne sont pas correctement corrigées, les charges déséquilibrées causées par le défaut postural peuvent entraîner une érosion précoce du tissu cartilagineux11.

Diagnostic de l’ostéoarthrite

Un diagnostic d’arthrose nécessite un examen médical par un spécialiste. Le médecin posera des questions spécifiques pour reconstituer les antécédents médicaux du patient. Il évaluera ensuite la mobilité des articulations en proposant au patient des mouvements simples. Cette opération est suivie de l’observation de tout gonflement local.

Par la palpation, le médecin peut vérifier la présence d’un épanchement articulaire et le patient peut ressentir une douleur lorsqu’il appuie sur les bords de l’articulation. Des craquements peuvent être entendus dans les oreilles. Les examens radiologiques peuvent être utilisés pour évaluer avec précision l’étendue du rétrécissement des articulations.

Traitements et chirurgies orthopédiques

Aux premiers stades de l’arthrose, on peut recourir à des thérapies conservatrices, c’est-à-dire à des remèdes non invasifs destinés à ralentir la progression de la maladie et à maîtriser la douleur. Par exemple, des cycles ciblés de physiothérapie peuvent être utilisés en combinaison avec des médicaments anti-inflammatoires et analgésiques. Certains patients bénéficient de traitements thermiques tels que la thérapie par la boue.

La thérapie par injection intra-articulaire est également courante, impliquant l’infiltration de substances lubrifiantes telles que l’acide hyaluronique.

Au fur et à mesure de l’évolution de la pathologie, le spécialiste peut suggérer au patient de procéder à des traitements de chirurgie régénérative tels que l’infiltration autologue de cellules mésenchymateuses, visant à stimuler la régénération du cartilage.

Afin de réduire la charge sur l’articulation, le chirurgien peut effectuer une opération d’arthroscopie, grâce à laquelle il est possible de retirer les éventuels fragments mobiles des têtes osseuses et de visualiser l’état réel de l’articulation. En fonction des dommages causés par le frottement des deux extrémités de l’articulation, une ostéotomie peut être nécessaire. Grâce à l’ostéotomie, le chirurgien orthopédiste peut améliorer la position de l’articulation en agissant directement sur l’os.

Lorsque l’articulation est irrémédiablement endommagée, la solution finale est la chirurgie prothétique. Les extrémités de l’articulation sont remplacées par des prothèses composées de divers matériaux qui permettront au patient de retrouver une vie normale. Les interventions chirurgicales les plus courantes (et aujourd’hui les plus sûres) sont les arthroplasties du genou et de la hanche.

Arthrose et activité physique

Les facteurs de risque qui prédisposent une personne à développer une affection telle que l’arthrose sont l’obésité, la sédentarité et les erreurs posturales. L’exercice régulier est donc avant tout un bon moyen de prévenir l’arthrose.

Même ceux qui souffrent déjà d’arthrose, sous une forme non grave, peuvent trouver dans l’activité physique une aide pour maintenir les articulations actives et tonifier les muscles de soutien. La présence d’une douleur sera la sonnette d’alarme qui fera savoir au sportif qu’il a soumis l’articulation à un stress qu’elle ne peut plus supporter.

Cependant, il est toujours judicieux d’éviter les activités qui soumettent l’articulation touchée par l’arthrose à un stress direct. Ainsi, par exemple, en cas d’arthrose de la hanche, vous devez éviter des activités telles que la course à pied, le football, l’équitation, l’alpinisme et le ski. De même, si vous souffrez d’arthrose de l’épaule, vous devez éviter la natation, le tennis, le tir à l’arc, le tennis de table et le basket-ball.

La pratique d’activités physiques avec une faible charge articulaire est utile pour maintenir l’articulation active et éviter les raideurs, et pour renforcer les muscles qui soutiennent l’articulation. Les activités sportives à faible impact suggérées sont par exemple le pilates, le yoga, la gymnastique douce. En outre, les activités aquatiques sont recommandées car, bien que les muscles soient sollicités, les articulations ne sont pas affectées par le poids du corps.

Arthrose et nutrition

En général, une bonne alimentation contribue au bon fonctionnement de l’organisme. Les nutriments, les vitamines et les minéraux aident le corps à mieux fonctionner. Quels aliments vous aident à mieux vivre avec l’arthrose ?

Vous pouvez y contribuer en consommant des aliments aux propriétés anti-inflammatoires, antioxydantes et riches en minéraux.

Les aliments anti-inflammatoires sont ceux qui fournissent un bon apport en oméga 3. Les aliments riches en oméga-3 sont le saumon, les anchois, le hareng, le maquereau, les sardines, le tofu et le soja. De petites quantités de fruits secs et l’utilisation d’épices à table ont également un effet anti-inflammatoire. D’autres aliments ayant un effet anti-inflammatoire et décongestionnant sont le concombre, l’ananas, les poireaux, les oignons et les fraises.

En général, les fruits et légumes sont des aliments riches en antioxydants. En particulier, les plus recommandés par les experts sont les fruits rouges, les myrtilles, les brocolis, riches en bêta-carotène, en vitamine C, en acide folique et en potassium, les carottes, qui sont d’excellentes sources de bêta-carotène, les choux et les choux-fleurs, qui sont une excellente source de sélénium. Les céréales non raffinées, les bananes et le persil apportent une bonne dose de minéraux.

Pour réduire l’acidité causée par l’inflammation, il est recommandé de boire au moins un litre d’eau plate par jour. Pendant la période d’inflammation aiguë, il est préférable d’éviter les boissons et les aliments acides tels que les tomates, la farine, l’alcool, le sucre et les produits laitiers vieillis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *