Hémorroïdes : que faire face à la crise anale ?

Qui dit hémorroïdes, parle sans doute de douleurs insupportables, violentes et persistantes,  de brûlures et de démangeaisons, de constipations, de troubles digestifs… sans parler de cette sensation de lourdeur de l’anus, des saignements au moment de la défécation. Bref, qu’elles soient internes ou externes, les hémorroïdes ce n’est pas agréable à vivre.Inopportunément, tout le monde peut en être atteint. On parle d’ailleurs de 60 % de la population.  Les hémorroïdes sont présentes dès la naissance. Chez certains, elles peuvent saigner et augmenter de volume. Dans ce cas, elles seront déclenchées par un régime alimentaire gras, l’alcool, ou une alimentation épicée. Ou par la grossesse chez les femmes.

Cependant, il faut éviter de croire que toutes les douleurs rectales traduisent une hémorroïde. Il fait toujours bien de consulter un proctologue. Parce que vous pouvez avoir à faire alors, à un abcès plutôt qu’à une hémorroïde.
Dès lors que le diagnostic est confirmé, et, selon la gravité du cas :

  • Stade 1, pas d’extériorisation des hémorroïdes
  • Stade 2, extériorisation lors de la défécation et retour spontané
  • Stade 3, extériorisation et retour manuel
  • Stade 4, les hémorroïdes sont en permanence extériorisées

Le médecin peut soit vous prescrire des médicaments, soit exiger, dans le dernier cas, une chirurgie.
Pour le traitement médical des hémorroïdes, les médicaments sont le plus souvent en vente libre. Il existe des traitements locaux, telles que des pommades ou crèmes faites à base de corticoïde ou même des suppositoires. Mais il vaut éviter un usage prolongé de ces médicaments locaux. Les traitements oraux quant à eux comprennent des phlébotoniques et des anti-inflammatoires non stéroïdien. Il faut donc éviter l’ibuprofène ou l’aspirine qui peuvent augmenter le saignement.

Le traitement chirurgical est quant à lui envisagé en dernier recours. Mais il est plus efficace. Le traitement chirurgical des hémorroïdes repose sur plusieurs techniques. Il est possible de recourir à une ligature. Dans ce cas, on pose une bande élastique sous la veine dilatée. Ce qui oblige l’hémorroïde à se rétrécir et à se décomposer. Il existe aussi des techniques de coagulation par la chaleur, des injections sclérosantes qui causent le durcissement des hémorroïdes, ou enfin, la technique dite de l’hémorroïdectomie.

Ce qu’il faut retenir, c’est que la chirurgie des hémorroïdes n’est pas une intervention facile. Il est surtout important d’avoir à faire à un spécialiste, c’est-à-dire, à un proctologue. C’est une opération contraignante. Elle exige une longue période de convalescence.